#Test et installation de Recalbox sur Raspberry Pi, créer sa console de Retrogaming avec le media center Kodi

Le Raspberry Pi 3 (ou le Raspberry Pi Zero) est une plateforme idéale pour le Rétro gaming. C’est probablement le projet qui a contribué le plus au succès du Raspberry Pi. Cet article est le premier d’une petite série qui sera consacré au retrogaming. Dans ce premier article, je vous propose d’installer la distribution développée et maintenue par l’équipe française de Recalbox. C’est probablement la distribution la plus complète et la plus simple d’emploi. Un très gros travail d’intégration a été mené par l’équipe. Dans les prochains tutoriels, nous testerons d’autres Mini PC, le Raspberry Pi Zero et l’Orange Pi. Nous testerons également la distribution anglaise Retropie. Nous testerons également du matériel pour transformer votre Raspberry Pi en une véritable borne d’arcade des années 80 😀

Recalbox, c’est quoi ?

Si vous découvrez le projet, Recalbox est une distribution Linux dédiée au rétro-gaming.  Le projet est soutenu par une équipe française. C’est un atout si vous ne maitrisez pas la langue de Sheskspare. On trouve de très nombreuses vidéos et tutoriels en plus du Wiki très complet disponible ici. L’équipe de Recalbox a voulu créer la distribution la plus complète possible. En plus d’intégrer la plupart des émulateurs de consoles, la distribution intègre le media center Kodi. Branché à votre téléviseur, votre Raspberry Pi servira aussi bien à jouer qu’à regarder vos photos, vidéos stockées sur un NAS et pourquoi pas regarder vos séries Netflix (nous verrons prochainement comment faire !)

La distribution prend en charge tous les modèles de Raspberry Pi y compris le dernier Raspberry Pi Zero (génial pour fabriquer une console portable :D). Les modèles C1, C2 et XU4 des Mini PC Odroid sont supportés. Enfin, il existe une distribution pour PC x86 (32-bits et 64-bits). La liste des consoles est impressionnante. La liste complète est mise à jour ici sur le WiKi.

Advance Mame, Amiga 1200, Amiga 600, Amstrad cpc, Apple II, Atari 2600, Atari 7800, Atari ST, CaveStory, Commodore 64, Dreamcast, FDS (Family Disk System), Final Burn Alpha, Game & Watch, Game Boy Color, Game Gear, Game Boy, Game Boy Advance, GameCube, Lutro, Lynx, Mame, Master System, Megadrive, Moonlight, MSX 1-2-2+, MSX1, MSX2+, Neo Geo, Neo Geo Pocket B&W, Neo Geo Pocket Color, NES, Nintendo 64, Odyssey 2, Dos, PC Engine, PC Engine CD, Playstation, Playstation portable, PR Boom, Scumm VM, Sega 32 X, Sega CD, Sega SG 1000, Super Nintendo, Supergrafx, Vectrex, Virtual Boy, Wii, Wonderswan B&W, Wonderswan Color, ZX Spectrum, ZX81

En fonction de la puissance du (Mini) PC, on pourra émuler les consoles de dernière génération. Pour le Raspberry Pi 3 sur lequel je vous propose d’installer Recalbox, certaines consoles ne sont pas supportées par manque de puissance (ou d’indisponibilité d’émulateur pour le moment) : Amiga 600 et 1200, Dreamcast, GameCube, Wii et quelques lenteurs pour certains jeux sur la Nintendo 64.

Nouveautés de la version 17.12.02 de Recalbox (suivant la 4.1)

Recalbox a changé la numérotation des versions. Depuis le passage à la version 4.1 qui introduit (entre autre) le support du Bluetooth du Raspberry Pi 3 (et PiZero W que je dois encore tester), les versions sont numérotés d’après le jour le compilation. Ici, nous allons installer la version 17.12.02 (du 2 décembre 2017). La version 17.xx.xx apporte son lot de nouveautés dont en voici un rapide aperçu (le détail complet est ici) :

  • Démarrage depuis un disque dru externe pour les PC x86 (32-bits et 64-bits)
  • Mise à jour de retroach v1.6.9 ,  ScummVM, DosBox r4063
  • Support de nouvelles manettes : Nintendo Wii U et Switch Pro, 8bitdo FC30 Arcade (BT et USB), Thrustmaster T Mini sans fil
  • Sur RPI, Kodi démarre dans la résolution par défaut
  • Intègre le projet Hyperion sur RPI pour créer un éclairage à LED immersif. Une vidéo de démo faite par l’équipe de Recalbox et toutes les explications pour le montage sont ici.

Depuis la page d’accueil du projet Recalbox, suivez le lien qui vous redirige vers les archives

Choisissez l’image qui correspond à votre plateforme

Installation de Recalbox sur une carte SD pour le Raspberry Pi 3

Utilisez ensuite le logiciel Etcher (présenté ici) pour installer la distribution sur une carte SD (8Go suffiront). Etcher est disponible pour Windows, macOS et Linux. Avec Etcher, vous n’avez rien de plus à faire, juste indiquer l’image au format compressé xz et insérer la carte SD dans le lecteur. Elle est automatiquement détectée. Démarrez la copie. A la fin de la copie, Etcher éjecte automatiquement la carte. Tout est prêt !

Matériel nécessaire

Recalbox n’a pas besoin de matériel spécifique pour fonctionner. En stockant les ROMs sur un disque dur externe (conseillé en cas de crash de la carte SD), une carte SD de 8Go sera suffisante. Comme d’habitude, une carte SD rapide (classe 10 ou UHS3) est plus que recommandée pour obtenir un fonctionnement fluide et rapide. Maintenant que Recalbox supporte le WiFi et le Bluetooth du Raspberry Pi 3, il n’est plus nécessaire d’acheter un dongle USB. Pour rester dans l’esprit du Rétro Gaming, vous pouvez installer le Raspberry Pi dans une reproduction du boitier de la Super NES !

Vous pouvez également vous rendre sur la boutique du projet Recalbox et suivre les liens commerciaux pour participer au financement du projet.

Premier démarrage, raccourcis clavier

Recalbox est prêt à fonctionner dès son lancement. Il n’y a absolument rien à faire. Il suffit d’insère la carte SD dans le lecteur, de relier le Raspberry Pi à un téléviseur ou moniteur à l’aide d’un câble HDMI et de mettre son tension. On arrive directement sur l’écran d’accueil.

Recalbox a été pensé pour une utilisation exclusive avec une manette. Bien que le clavier USB soit supporté, il n’y a que quelques touches actives ! C’est un peu déroutant et j’ai du tatonner un peu pour trouver mes marques (avant d’installer une manette Bluetooth). Voici donc les touches du clavier

  • Enter: ouvrir/fermer le menu principal
  • Flèches droite/gauche pour faire défiler les consoles
  • Flèches haut/bas pour se déplacer dans les menus
  • Q pour valider, entrer dans un menu, lancer un jeu (attention, si le clavier est en qwerty, le Q se trouve sur la touche A)
  • S, retour arrière
  • Espace pour redémarrer ou éteindre la console

Remarque, le clavier numérique n’est pas supporté. Inutile de chercher à l’activer !

Mapping du clavier pour jouer

Il n’y a aucun mapping (officiel) pour jouer avec un clavier. Recalbox a été pensé pour être utilisé avec une manette de jeu. Si vous voulez juste tester la distribution sans investir dans du matériel (ou en l’attendant  😉 )voici quelques touches qui fonctionnent sur les jeux pré-installés (et à priori pour tous les autres)

  • Retour pour démarrer (Run) ou mettre en pause du jeu
  • Flèches (haut, bas, droite, gauche)
  • W ou X pour tirer (fire)
  • ESC pour quitter le jeu

Configurer une manette USB ou Bluetooth

La première chose à faire et donc d’installer une manette de jeu. Les manettes USB sont automatiquement détectées. Pour tester la distribution, j’ai acheté une manette Bluetooth 8BitDo sur Amazon. Toutes les manettes compatibles sont listées ici.

Configuration WiFi et sécurité

Pour ajouter plus facilement des ROMs de jeux ou mettre à jour la distribution, le mieux est de connecter temporairement la console au réseau WiFi. Vous aurez également besoin de connecter la console au WiFi pour regarder des vidéos sur Youtube ou depuis un NAS depuis le media center Kodi.

Avec une manette

Appuyez sur Start et descendez jusqu’à l’option Network Settings. Select pour entrer dans le menu. Descendez sur la ligne WiFi SSID puis Select (B). Utilisez les flèches de la manette pour vous déplacer sur le clavier virtuel. Pour basculer en majuscule, utilisez le bouton Y ou maintenez B en sélectionnant la lettre sur le clavier. Le clavier doit être en minuscule pour accéder aux chiffres. En cas d’erreur, le bouton Left permet d’effacer le dernier caractère. Validez en vous plaçant sur OK puis B. Faites la même chose pour le mot de passe réseau.

Remontez enfin sur l’option Enable WiFi (Activer le WiFi) puis B pour activer le WiFi. La console se connecte immédiatement au WiFi. Fermez et ouvrez de nouveau le menu pour obtenir son adresse IP sur le réseau local.

Avec un clavier

Appuyez sur la touche Enter et descendez jusqu’à l’option Network Settings avec les flèches. Q pour entrer dans le sous-menu. Descendez sur la ligne WiFi SSID puis Q. Utilisez les flèches pour vous déplacer sur le clavier virtuel. Pour basculer en majuscule, allez sur la touche SHIFT et activer les majuscules avec Q. La touche devient verte. Le clavier doit être en minuscule pour accéder aux chiffres. En cas d’erreur, déplacez le curseur sur la touche DELETE et valider avec Q pour effacer le dernier caractère. Validez en vous plaçant sur OK puis Q. Faites la même chose pour le mot de passe réseau. Revenez au menu précédent avec la touche S.

Remontez enfin sur l’option Enable WiFi (Activer le WiFi) puis Q pour activer le WiFi. La console se connecte immédiatement au WiFi. Fermez et ouvrez de nouveau le menu pour obtenir son adresse IP sur le réseau local.

Une fois que la connexion WiFi est établie, la console Recalbox est visible sur votre réseau local. Vous pourrez très facilement vous y connecter pour installer de nouvelles ROMs, modifier les réglages depuis l’interface Web, installer de nouveaux jeux, faire des screenshots… Nous allons voir comment.

Note sur la sécurité. Recalbox n’est pas un exemple en la matière. L’équipe de développement ne s’en cache pas et préconise même de déconnecter la console du réseau dès que vous n’avez plus besoin de la connexion internet.

Accéder à l’interface d’administration depuis un navigateur internet

Recalbox dispose d’une interface d’administration depuis un navigateur Web. C’est beaucoup plus facile et plus rapide que d’utiliser la manette. Pour y accéder, ouvrez un navigateur internet et saisissez l’adresse IP de la console ou http://recalbox/ . Sur macOS ou Linux, vous pouvez y accéder à l’aide de l’URL http://recalbox.local  ou l’adresse IP.

Les options sont regroupées par fonctions :

  • Monitoring, permet de connaître la charge de chaque coeur du CPU ainsi que l’espace disponible sur les disques montés
  • Audio, permet de choisir la sortie audio (HDMI ou Jack), d’activer ou désactiver le fond musical et d’indiquer le volume du son (0 à 100%)
  • Bios, permet de lister les Bios installés sur la console et d’en ajouter de nouveaux
  • Contrôleurs, permet de configurer les contrôleurs DB9, Gamecon, GIO et PS3.
  • Systèmes
    • Choisir le ratio de l’écran : automatique, 16/9, 16/10, 4/3
    • Lissage des jeux et Pixel Perfect pour améliorer le rendu visuel des anciens jeux
    • Rembobinage permet de revenir en arrière lorsque vous venez de perdre un personnage
    • Sauvegarde automatique pour reprendre votre partie là ou vous vous étiez arrêté.
    • Retroachievements pour sauvegarder vos parties sur le site communautaire RetroAchievements.org
  • Configuration
    • La langue du système
    • La disposition du clavier
    • La zone horaire
    • Le nom réseau de la console
    • 3 configurations WiFi. Pratique pour emporter votre consoles chez des amis
    • Activer/désactiver Kodi. Il est possible de lancer Kodi au démarrage si la console est avant tout utilisée comme un média center
    • Activer la vérification des mises à jour au démarrage
  • ROMs, permet de gérer les ROM (ajouter, supprimer) pour les consoles
  • Screenshots, permet de faire une capture d’écran à n’importe quel moment
  • Logs, pour consulter les journaux d’exécution en cas de problème
  • recalbox.conf, pour modifier (ou pas) le fichier de configuration de Recalbox. Tous les paramètres disponibles sont détaillés ici
  • Dépannage
    • En cas de problème, un script permet de générer un rapport de diagnostic qu’il suffira ensuite de soumettre au forum pour demander de l’aide
    • (Re)démarrer EmulationStation après l’installation de nouvelles ROMs depuis le lecteur réseau par exemple
    • Arrêter ou redémarrer la console

Installer de nouvelles ROMs

Vous avez deux possibilités pour installer vos ROMs. Le plus facile est de le faire depuis l’interface Web. Allez sur l’option ROMs, choisissez la console sur laquelle vous voulez ajouter des jeux.

Cliquez ensuite sur le bouton Uploader des ROMs puis glissez simplement le fichier dans la zone de téléchargement. Pour ajouter le jeu à la liste, il faut obligatoirement redémarrer EmulationStation à l’aide du bouton Redémarrer ES. C’est tout !

L’autre méthode consiste à déposer les ROMs dans le dossier partagé de la Recalbox visible sur le réseau local. Inutile de vous identifier, le dossier est partagé est accessible en écriture. C’est un peu moins pratique pour trouver la console (la première fois). Il faudra ensuite aller sur l’interface Web et redémarrer EmulationStation depuis l’onglet Dépannage. Je n’ai pas encore trouvé l’option depuis le menu de la console.

Voilà, c’est tout pour ce premier tutoriel de présentation. Nous reviendrons plus en détail sur la configuration de Kodi dans un prochain tutoriel.

Vous pouvez également lire ce tutoriel qui explique comment assembler un kit arcade. En attendant, amusez-vous bien !

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire

Aucun spam et aucun autre usage ne sera fait de votre email. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Comparateur de prix

Bons plans

Les offres suivantes se terminent bientôt. Utilisez le coupon indiqué pour profiter du prix promo

Domotique et objets connectés à faire soi-même